Méthode Tomatis sur Pau - Pyrénées atlantiques (64)

« L’écoute, c’est la vie »
Alfred Tomatis

Il existe différentes formes de dépression :

  • Celle de type réactionnelle engendrée par des épreuves de la vie, parfois un surcroît de travail pendant une longue période…
  • Celle de type endogène, dont la cause n’est pas apparente ni conscientisée.

Dans tous les cas les symptômes sont généralement une perte de la vitalité, de la joie de vivre, des troubles du sommeil voire de l’appétit, des difficultés de concentration et de mémorisation, une perte de la créativité.
La personne en dépression n’arrive plus à recharger « ses batteries » et a tendance à se replier sur elle-même.

C’est l’écoute du monde extérieur et la communication avec les autres qui nous donnent de la vie.

Le dépressif a besoin de ré-ouvrir son désir à l’écoute du monde qui l’entoure.

La méthode Tomatis est particulièrement indiquée pour aider à cela.
La stimulation sonore avec des hautes fréquences va recharger le cerveau et permettre à la personne en dépression de retrouver son énergie de vie. L’anxiété va diminuer, l’esprit va se clarifier et l’intérêt pour l’extérieur revenir.

Il est fréquent pendant les cures soniques qu’il se fasse des prises de conscience : le patient réalise qu’il y a un fort décalage entre ce qu’il vit et ses désirs profonds. Les cures soniques vont induire d’une part un lâcher prise et d’autre part une recharge corticale qui vont parfois permettre au patient de réorienter sa vie.

Pendant les séances, on peut développer sa créativité : tout en écoutant les sons au casque, il est possible de dessiner, de peindre, de faire du modelage... mais également de se reposer et même de dormir car le cerveau continue à entendre !

Mon expérience depuis près de 20 ans montre que c’est sur les dépressions de type réactionnelles que la méthode Tomatis est la plus efficace. Sur les dépressions anciennes et répétitives, la stimulation sonore va certes être bénéfique pour la personne mais souvent insuffisante pour résoudre le problème de fond. Par contre, lorsque la dépression est récente et a une cause identifiée, cette thérapie peut permettre de retrouver tout son potentiel .

" Il y a deux ans,après la mort de ma mère j'ai traversé une période difficile. Je me suis retrouvée dans une situation familiale oppressante et en échec professionnel. Pour faire face, je me murais intérieurement, ce qui me vidait de toute mon énergie. J'arrivais à assumer le quotidien mais toute situation nouvelle me semblait insurmontable.
La cure sonique m'a permis de pouvoir recontacter l'énergie qui était en moi, de retrouver une capacité d'ouverture et d'écoute sans me sentir agressée, de gagner un espace intérieur que j'ai conservé aujourd'hui. "

        Marie Anne 58 ans.

Je suis venue faire la méthode Tomatis sur les conseils d'un professeur de chant. J'étais alors en dépression suite à une trop lourde charge de travail et je voulais améliorer mon écoute.
Dés les premières séances, j'ai eu l'impression de rentrer dans un état régressif très agréable, qui me faisait du bien. J'en sortais comme ressourcée. Après quelques séances j'ai pu arrêter les anti-dépresseurs. J'étais moins inquiète, plus apaisée,plus en forme. J'ai repris confiance en moi. J'ai osé chanter, d'abord seule dans la voiture, puis avec mes enfants qui m'ont dit que je faisais des progrès ! Ma mémoire s'est aussi améliorée. La cure sonique s'est étendue dans le temps mais j'avais besoin de cet état régressif. J'ai trouvé que c'était une thérapie facile et agréable car on n'a pas besoin de se raconter.

Françoise, 41 ans.

J'ai commencé la méthode Tomatis à une période où je me sentais submergée, je n'arrivais plus à gérer le coté émotionnel. Il y avait trop d'interrogations, de peurs et de doutes. Il m'était difficile de prendre des décisions, d'agir et je m'enfonçais dans le manque de confiance et d'estime de moi. Mon corps commençait aussi à somatiser : j'avais mal à l'oreille droite, ma voix devenait presque inaudible et mon sommeil était haché et peu réparateur.
Après les séances d'écoute, j'ai retrouvé du dynamisme. Je me suis remise à lire puis à faire du sport. Mon sommeil est redevenu correct. La douleur a l'oreille a disparu et j'ai constaté que les sons aigus ne me gênaient plus. Je me suis sentie globalement plus apaisée. Surtout, je suis devenue capable de faire face aux évènements alors qu'auparavant je les fuyais parce que j'avais peur.
Je crois que j'avais vraiment besoin de ces heures sous oreille électronique où on peut prendre du temps pour soi sans culpabilité. Ce travail avec les sons a été le déclencheur pour que je commence à m'autoriser à m'occuper de moi.

      Marie-Dominique

Sous-catégories

Copyright © 2017 Martine Renous. Tous droits réservés. Hébergeur : OVH.